Final Girl

La couverture de la version française aux Editions la Saltarelle.

Un coup d’oeil sur la quatrième de couverture :

« Je n’ai jamais supporté les survivants dans les films d’horreur. La plupart d’entre eux sont toujours ceux auxquels on s’attend. Le scénario en devient alors insipide et convenu. Mais si on avait le choix de décider qui vit, et qui meurt…

Que se passerait-il s’il fallait lutter afin de voir son personnage favori tenir jusqu’à la fin du cauchemar, si nous pouvions diriger la lame vers ceux qu’on ne veut pas voir survivre ? Et enfin, si on pouvait imaginer un film d’horreur intéressant et unique sans que nul ne puisse contester son appartenance au genre ? »

Bret Gillan

Publicités