Mise en page (suite)

Saltarelle maquette au 12-03 01

La maquette avance doucement. Actuellement sur le métier, l’interview de Florent, alias Aragorn, réalisée par Laurent. Ce dernier est un fin connaisseur du microcosme des auteurs de fictions interactives.

Final Girl bientôt chez Lulu

IMG_0754 small

Final Girl en version papier sur le coin de ma table. Ce petit bouquin d’environ 40 pages au format A5, couverture souple, intérieur noir & blanc sera bientôt disponible à la vente sur Lulu.

La 4eme de couverture :

N’ouvrez pas la porte !

Quelque chose là-dehors vous cherche. Le capitaine de l’équipe de foot s’est fait happer par une bouche d’égout. On a retrouvé le délégué de classe mort dans sa douche. Et tout le monde se souvient de ce qui est arrivé au concierge… et ce qui restait de lui le jour de la rentrée des classes. À présent, il ne reste plus que nous. Pourrons-nous nous en sortir vivant ?

Final Girl est un jeu de rôle basé sur les films d’horreur. Il met en avant le scénario dans lesquels les personnages se font exterminer chacun leur tour jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un pour se confronter au tueur. Rassemblez vos amis, créez votre propre film et découvrez qui d’entre vous survivra.

La note d’intention de Bret Gillan :

Je n’ai jamais supporté les survivants dans les films d’horreur.
La plupart d’entre eux sont toujours ceux auxquels on s’attend. Le scénario en devient alors insipide et convenu.

Mais si on avait le choix de décider qui vit, et qui meurt… Que se passerait-il s’il fallait lutter afin de voir son personnage favori tenir jusqu’à la fin du cauchemar, si nous pouvions diriger la lame vers ceux qu’on ne veut pas voir survivre ? Et enfin, si on pouvait imaginer un film d’horreur intéressant et unique sans que nul ne puisse contester son appartenance au genre ?

C’était là mon but avec « Final Girl, la dernière survivante », créer un jeu pour donner naissance à des histoires que j’aurais envie de voir. Je l’ai inventé pour tous les autres fans d’épouvante, mais aussi pour les joueurs désireux de se lancer dans une partie aussi longue qu’un film.

La dernière survivante est un terme du genre pour désigner cette fille, en général vierge et pure – même si ce n’est pas forcément le cas (ce n’est pas toujours une fille non plus d’ailleurs) – qui survit puis affronte le psychopathe dans les scènes finales. Ce terme apparait pour la première fois dans le livre de Carol J. Clover, « Men, Women and Chainsaws: Gender in the Modern Horror Film. » À lire pour en savoir plus, sinon, regardez « Derrière le Masque » belle déconstruction du sujet en plus d’un très bon slasher.

Ce jeu consiste à créer votre film d’horreur entre amis afin de voir qui tiendra jusqu’au bout. Le ringard timide ou le tas de muscle arrogant ? Le fumeur rebelle ou bien le concierge et son reste de chien ? En temps normal, ceux-ci n’ont pas la moindre chance, mais « Final Girl » propose un scénario différent : du genre où l’identité des survivants est tout sauf prévisible… et du genre où vous avez votre mot à dire à ce sujet.

 

Mise en page des premiers textes

Saltarelle Scribus

La mise en page des premiers articles commence, au fur et à mesure de l’arrivée des textes. Comme d’habitude, Rémi et sa nécrologie étaient les premiers. Comme d’habitude, Pak déboulera le jour du bouclage dont la date est fixée totalement arbitrairement, à sa demande, afin d’organiser son agenda de ministre et se mettre la pression pour finir.

Salomé est notre correspondante locale au collège pour ce numéro. Elle a réalisé les interviews de ses camardes et de son meneur de prof ainsi que le rapport de partie. Un grand merci à elle.

Capture d’écran #scribus montrant les pages consacrées au témoignage de collégiens et de leur prof de maths

Eddie Shaw

photo_necro_salta_10 small

En février 1972, l’écrivain Eddie Shaw disparaissait sans laisser de trace. Nous reviendrons sur le parcours d’un auteur pour le moins atypique dans le prochain numéro de La Saltarelle…

Crédit photo : Dennis van Zuijlekom

La Saltarelle 10 – printemps 2016

Géométrie ? Non, c’est une battlemap !.. Eh oui, du #jdr au collège : y’en a qui stressent pas pour le BAC 😉
On vous en dit plus sur ce drôle de cours dans le numéro 10 de La Saltarelle. Sortie prévue au printemps 2016, d’ailleurs c’est écris dessus.

Dons Juans & Dragueurs

Une couv’ inspirée par l’actu du moment et dans l’attente des photos d’illustration d’un article sur le jdr dans le cadre scolaire à paraître dans le prochain numéro. Je verrais bien nos chères têtes blondes -ou pas- en couverture mais cela dépendra des clichés ramenés par notre reporter.

Final Girl

La couverture de la version française aux Editions la Saltarelle.

Un coup d’oeil sur la quatrième de couverture :

« Je n’ai jamais supporté les survivants dans les films d’horreur. La plupart d’entre eux sont toujours ceux auxquels on s’attend. Le scénario en devient alors insipide et convenu. Mais si on avait le choix de décider qui vit, et qui meurt…

Que se passerait-il s’il fallait lutter afin de voir son personnage favori tenir jusqu’à la fin du cauchemar, si nous pouvions diriger la lame vers ceux qu’on ne veut pas voir survivre ? Et enfin, si on pouvait imaginer un film d’horreur intéressant et unique sans que nul ne puisse contester son appartenance au genre ? »

Bret Gillan